Situations d’écritures

Compilation continue

Programme EDUPAX

 

 

Table des matières

BRAVO DANIELLE. 3

English translation of the "problem". 3

Bravo Danielle. 3

Commentaires en rapport avec le texte ci-haut 3

VALÉRIE DÉFIE EMINEM... 15

Commentaires en rapport avec le texte ci-haut 15

Solutions au sexisme et à la violence. 25

(Version définitive) 25

Situations 2002 soumises au primaire. 25

Amour paternel 25

Bus magique. 25

Cauchemars. 25

Taxage. 25

Situations soumises au secondaire. 25

GARDIENS AVERTIS. 25

Machos violents. 26

Sport viril ?. 26

Punir des innocents. 26

Situations 2002 soumises au collégial 26

Ingrédient commercial 26

Lobe frontal atrophié. 26

Monstre à mille faces. 27

Marche mondiale. 27

Conseil d’ami 27

Situations soumises en 2002-2003. 27

Bousculade  (conseils aux témoins et aux victimes potentielles) 27

Courage ou lâcheté  (conseils aux témoins) 28

Vandalisme et gaspillage (conseils aux témoins et aux agresseurs) 29

Rupture amoureuse (conseils à l’agresseur potentiel) 29

Passe interdite  (conseils au complice potentiel de l’agression) 29

Diminuer pour se grandir 30

Forme prioritaire (tes suggestions) 30

Autres Situations 2002. 31

Dizaine idéale (oui) 31

Célébration extrême (oui) 31

Conseils à Émile. 31

Justice ou vengeance (oui) 31

Abuseurs d’enfants. 31

Turbulence créative. 32

Loi contournée. 32

Voix des jeunes aux Gémeaux. 32

Masque trompeur 32

Protection illusoire. 33

Hébergement nécessaire. 33

Racisme rentable. 33

Célébrer en détruisant 33

 

 


BRAVO DANIELLE

 

Danielle Shimotakahara, 13 ans, sait que les jeux vidéo influencent les jeunes. Quand elle s'est rendu compte que des élèves de sa classe passaient beaucoup de temps dans les arcades, elle a visité les propriétaires et leur a demandé de bannir les jeux vidéo ultraviolents. Certains se sont moqués d'elle, mais la plupart l'ont prise au sérieux. Maintenant, plusieurs arcades de sa ville affichent un autocollant : « Pas de jeux ultraviolents ici ». D’autres ont placé ces jeux dans une section à part, réservée aux adultes. Danielle a ainsi  éveillé des parents et des jeunes qui ne connaissaient pas l’influence de ces jeux sur leur enfant. Tu lui écris pour la féliciter.

Référence : http://www.ama-assn.org/ama/pub/category/2714.html  

 

 


English translation of the "problem".

Bravo Danielle

Danielle, 13 years old, knows that videogames influence young people. When she realized that student in her class spend much time in arcades, she visited owners and asked them to ban ultraviolent videogames. Some didn't take her request seriously, but most did. Now, many arcades in her city carry a sticker "No UltraViolent videogames here". Some other pushed these games back in a private section with access for adults only. Danielle rose awareness in young people and parents who knew nothing about the influence of these games on their children. You write Danielle a letter to congratulate her.

 

 Commentaires en rapport avec le texte ci-haut       

 

LES JEUX VIDÉO VIOLENTS

 

Bravo Danielle pour ton beau courage.

Oui, c’est vrai, ça influence les jeunes.

C’est des jeux ultraviolents.

Tu es d’accord avec moi?

Moi je suis d’accord avec toi.

Je t’encourage à continuer.

 

Roxanne Taupier, 3e année

École Boutons-d’Or

 

 

 


Bravo Danielle, je te trouve très courageuse et très brave d’être aller voir les propriétaires des arcades pour bannir les jeux vidéo ultraviolents.  Je te félicite pour ta démarche.  Grâce à toi les gens vont vivre moins de violence.  Les parents ont trouvé cela très intelligent qu’une jeune fille comme toi s’intéresse à la non-violence.  Merci encore pour ton courage.

 

Anne-Marie Martel, 3e année

École Harfang-des-Neiges

Bonjour Danielle,

 

On te félicite pour ta merveilleuse idée pour empêcher les jeunes de jouer aux jeux ultraviolents et de ton bon courage.  On espère que quelques jeunes ont changé.

 

Si tu savais comme nous sommes mieux sans violence.  Ce serait agréable si personne ne connaissait la violence.  Il n’y aurait aucune guerre et personne ne serait mort jeune.

 

Sarah-Maude Cousineau Poissant,

Cynthia Mundviller, Gabriel Chouinard et

Olivier Gaudreault Rousseau, 3e année

École St-Albert-le-Grand

 

 

 

 


Je tiens à féliciter Danielle Shimotakahara d’avoir fait interdire les jeux vidéo ultraviolents dans les arcades.  Elle constitue un bon exemple pour la lutte contre la violence.  Elle nous prouve que, malgré son jeune âge, il est possible de faire changer les choses en posant des gestes concrets.  C’est en passant aux actes, aussi petits soient-ils, que nous pouvons faire un pas vers la paix.  De plus, en posant des avertissements et des interdictions sur les films ou les jeux vidéo présentant une certaine violence, nous limitons leur accès et leur visionnement par les jeux.  Ainsi, à défaut de l’enrayer, nous allons tout de même réduire la violence auprès des jeunes.

 

Andréanne Rousseau, 4e année

École Du Harfang-des-Neiges

 

 

 

 


Je te félicite pour avoir aviser les propriétaires des arcades de bannir les jeux ultraviolents.  Certains les ont mis dans une section « adultes » et c’est très bien.  As-tu pensé écrire aux fabricants de jeux vidéo pour que chaque cassette soit identifiée?  Comme ça, les parents sauront lesquels acheter à leurs enfants.  Si on achète moins de jeux violents, je crois qu’on n’en fabriquera moins.  Continue de combattre la violence.  Aide-toi de tes amis et des jeunes des autres écoles.   Ensemble, nous serons beaucoup plus efficace.  Bravo Danielle.

 

Daniel Breton-Richer, 4e année

École Harfang-des-Neiges

J’ai appris ce que tu as fait.  Tu as arrêté les jeux vidéo violents dans les arcades de ta région.  C’est vraiment stupéfiant d’avoir réussi à convaincre les propriétaires des jeux vidéo.  Je suis d’accord avec toi, avoir arrêté les jeux vidéo qui avaient une mauvaise influence sur les jeunes, c’est une très bonne idée.  J’aimerais savoir si toi, avant que tu interviennes, tu jouais aux jeux vidéo?  Est-ce que tu pourrais me dire comment cette idée t’est venue à la tête?  Je te rappelle que si tu veux venir faire la même chose ici, ne te gêne pas.  J’aurais quand même une petite idée, les parents pourraient donner des limites aux enfants, peut-être que ça s’arrangerait?

 

Michaël Verret, 4e année

École De l’Apprenti-Sage

 

 

 

 


Bonjour Danielle,

 

Nous te félicitons pour ton courage contre la violence des jeux ultraviolents.  C’est une bonne idée de mettre les jeux ultraviolents dans une section pour adultes.  C’est un bon geste que d’avoir dit au propriétaire de bannir les jeux vidéo.

 

Nous sommes très fiers de tes gestes.  Nous pensons que la violence sera bientôt arrêtée dans ton école.

 

Mélissa Bonkay, Catherine Beaudet,

Olivier Dufresne et Olivier Pelletier,  4e année

École St-Albert-le-Grand

 

 

 

 


Je trouve que tu as travaillé très fort pour arriver à ce résultat.  Je te félicite pour ton beau travail.  Merci beaucoup pour ça.  Je trouve que c’est très courageux de ta part.  Aussi, je te félicite d’avoir remarqué que les jeux ultraviolents pourraient influencer de façon négative les jeunes.  Je pense que c’est très bien d’avoir demandé de faire des sections réservées aux adultes.  Puis comme ça tu as pu montrer aux adultes et aux enfants ce que les jeux vidéo pouvaient faire.

 

Madyna Kanouté, 4e année

École Saint-Marc

Chère Danielle,

 

Je t’écris pour te féliciter pour le geste que tu as posé mais aussi pour te remercier d’avoir compris.  La violence fait partie de la vie d’aujourd’hui.  Malheureusement, celle-ci se retrouve de plus en plus souvent dans les jeux vidéo et dans les émissions de télévision pour nous les jeunes.  Au départ, ce ne sont que des jeux mais avec le temps, ils deviennent plus que ça.  Les adultes ne sont pas conscients des conséquences que ces jeux peuvent engendrer.  On s’identifie à nos héros et tente de les imiter.  C’est à ce moment que la violence entre jeunes commence.  Tout comme dans les jeux, il y a un héro et un méchant.  Le but c’est de détruire le méchant, lui faire mal.

 

Alexandra Paquin, 4e année

École Harfang-des-Neiges

 

 

 

 


Bonjour Danielle,

 

Je te félicite pour ton courage et je trouve que tu as bien fait de rencontrer les propriétaires d’arcades pour leur expliquer ton point de vue.  Je suis très contente que la plupart t’ont prise au sérieux et ont accédé à tes demandes en bannissant les jeux vidéo ultraviolents.  Souvent les parents et les commerçants ne sont pas conscients de l’impact néfaste que peuvent avoir les jeux violents pour les jeunes.  Mais c’est en les conscientisant, comme tu as su si bien le faire, que l’on peut faire évoluer les choses pour que la violence soit zéro.  Encore une fois félicitations pour ton initiative.

 

Janie Provencher, 4e année

École Harfang-des-Neiges

 

 

 

 


Bonjour Danielle Shimotakahara, je te félicite d’avoir averti les propriétaires pour bannir les jeux violents des arcades ultraviolents.  J’ai même remarquer qu’en jouant aux jeux violents, d’autres deviennent méchants et ils dont la même chose dans la réalité.  Je sais qu’il y en a qui se sont moqués de toi, mais moi, je prends ça au sérieux.  C’était très bon d’avertir.

 

Paméla Genesse, 4e année

École Bernard-Corbin

Bonjour Danielle,

 

J’ai appris que tu avais fait bannir les jeux ultraviolents de ta région et je trouve que tu as pris une bonne initiative.  Si je pouvais les faire bannir dans ma région, cela ferait longtemps que ça serait fait.  Mais, le problème, c’est que j’habite à Québec et la ville est trop grande.  J’ai remarqué que les enfants qui jouent à ces jeux ont tendance à avoir un comportement plus violent.  La solution serait de sensibiliser les jeunes et les parents à cette situation.  Par la suite, les parents et les jeunes pourraient en discuter ensemble.

 

Merci de m’avoir écouté.

 

Mathieu Normand-Bergeron, 4e année

École De l’Apprenti-Sage

 

 

 

 


Bonjour Danielle,

 

Je te félicite de ce que tu as fait, c’est une très bonne chose d’avoir incité les propriétaires à enlever les jeux ultraviolents de leurs arcades.  Moins il y a de violence, moins les gens sont méchants.  Tu as dû avoir beaucoup de courage pour avoir fait ce que tu as fait.  Encore bravo!

 

Marie-Michèle Tremblay, 5e année

École Marie-Victorin

 

 

 

 


Bonjour Danielle,

 

Je trouve que tu as eu une bonne idée d’arrêter les jeux ultraviolents dans les arcades.  Ces jeux-là amènent beaucoup d’influence sur les ados.  C’est évident que quelques propriétaires d’arcades se sont moqués de toi mais il y en a beaucoup qui n’ont plus de jeux violents.  Je te trouve responsable, intelligente, c’est une bonne initiative.

 

Carole-Anne Guérin, 5e année

École Marie-Victorin

Je voudrais te féliciter pour ta merveilleuse initiative sur les jeux ultraviolents.  Je trouvais moi aussi que ces jeux étaient trop violents pour des jeunes entre huit et seize ans.  Mais vu que moi aussi je jouais à ces jeux sur mon Nintendo 64, je joue encore avec des violents mais maintenant moins, car tu m’as ouvert les yeux sur l’influence de ces jeux violents pour nous, les jeunes.  Je te félicite encore pour ton initiative.

 

Jean-Benoît Guérin-Dubé, 5e année

École Marie-Victorin

 

 

 

 


Bonjour Danielle,

 

Nous t’écrivons parce que nous voulons te féliciter pour avoir pensé d’encourager les propriétaires des arcades à bannir les jeux vidéo qui sont trop violents ou à le mettre tout simplement dans une section séparée, seulement pour adultes.

 

Grâce à toi, beaucoup moins d’enfants seront influencés par la violence des arcades.  Ils consacreront plus de temps à leurs études donc, ils auront de meilleurs résultats scolaires, ils iront plus jouer dehors et ils profiteront d’une bonne santé mentale, physique et spirituelle.  Nous pensons que le 21e siècle sera une réussite pour les jeunes de ta ville.  Il y aura beaucoup moins de violence et les personnes seront en harmonie avec eux-mêmes et avec leurs proches.

 

Tu as eu une idée formidable et nous trouvons que tu as été très courageuse de faire cela parce que plusieurs personnes ne seraient pas capables d’en faire autant.

 

Nous t’encourageons à continuer et à faire part de ton projet dans tous les pays du monde.  Si toutes les personnes faisaient comme toi, il n’y aurait que de la paix sur la terre.

 

Si nous pouvions, nous te donnerions une médaille pour l’exploit extraordinaire que tu as accompli.  Encore une fois, bravo pour le beau travail que tu as fait dans ta ville.

 

Kim Cliche Martel, Émilie Mailloux, 5e année

École Sainte-Monique

 

Madame Claire Roberge,

 

Je vous écris pour féliciter Danielle Shimotakahara de son beau travail.  Elle a fait beaucoup de choses pour les jeux ultraviolents.

 

Je la félicite parce qu’elle a réussi à bannir de certaines arcades les jeux ultraviolents.  Cela lui a demandé beaucoup de courage.  Maintenant, moins de jeunes, en jouant à l’arcade, pensent à la violence.  Il y a même un autocollant pour rappeler son projet.  Elle a aussi éveillé les parents et les jeunes à l’influence que ces jeux peuvent avoir.  Son projet est très important auprès des jeunes.

 

J’espère qu’elle ne lâchera pas. Bravo Danielle.  Merci madame Roberge de votre attention.  À la prochaine.

 

Vanessa Beaupré, 5e année

École Ste-Monique

 

 

 

 


Chère Danielle Shimotakahara,

 

Marie-Pier Mongenais et Jessica Bouchard sommes des étudiantes de 5e année.  Nous t’admirons beaucoup.  Nous te trouvons très courageuse.  Si nous avions été à ta place nous n’aurions sûrement pas eu le courage que tu possèdes.  Tu as eu une merveilleuse idée.   Nous aimerions beaucoup avoir ta bravoure.  Nous aussi, nous n’aimons pas l’ultraviolence des jeux vidéo.  Tu as seulement 13 ans et tu prends déjà la violence au sérieux.  Plusieurs enfants de ton âge prennent la violence comme un jeu et ils ne s’en soucient pas.  Quand tu as une ambition, tu essaies de la réaliser.   Les jeux vidéo violents n’ont pas disparu mais tu as fait un bon pas pour influencer les gens à lutter contre violence.  Nous espérons que plusieurs individus vont suivre ton exemple.

 

Félicitations pour ton AUDACE!!!  Nous aimerions recevoir de tes nouvelles.

                                                                                                                                                           

Marie-Pier Mongenais

et Jessica Bouchard, 5e année

École Chanoine-Ferland

 

Amélie, Sandrine et Mélinda t’envoyons ce message pour te dire que tu es une fille extraordinaire...

 

Ton idée a été superbe!  Tu as été très franche, décidée, généreuse et tenace.  Nous trouvons magnifique que tu aies trouvé cette idée, car il y aura moins de jeux ultra-violents.  Tu as été très responsable par cette action.  C’est bien que tu aies fait naître de l’espoir dans le monde.  Nous admirons ta façon d’agir.  Tu as gardé confiance en toi.  Bravo pour avoir encouragé tes amis à ne pas jouer à des jeux ultra-violents!

 

Nous sommes très heureuses de ce que tu as fait et t’en remercions.  Nous souhaitons que tu trouves d’autres idées semblables afin que les gens s’aiment de plus en plus.

Félicitations!!!

 

Amélie Talbot, Sandrine Cyr

et Mélinda Chabot, 5e année

École Chanoine-Ferland

 

 

 


Je te félicite Danielle pour ton beau geste et je suis d’accord avec toi.  Je trouve, que les jeunes sont très influencés, par les jeux vidéo.  Les jeux ultraviolents peuvent conduire à la violence et même à la mort.  Malgré que quelques propriétaires ne t’aient pas prise au sérieux.  Je te félicite encore et je crois que comme ça les jeunes seront moins agressifs.  Continue ton bon travail c’est super.  Pour le continuer tu pourrais faire signer une pétition et parler de ton projet à la télévision.  Comme ça tout le monde serait sensibilisé!

 

Marie-Andrée Vertefeuille, 5e année

École Germain-Caron

 

 

 

 


Je te félicite, ça prend du courage pour faire ça.  Si tu n’avais pas réagi, ça pourrait être encore pire.  Ces jeux-là, plus tu en vois, plus tu aimes ça.  Ils donnent le goût de jouer avec.  Quand tu ne réagis pas on s’en rend pas compte que ce n’est pas bon, car tu les imites et tu peux te faire mal ou faire mal à d’autres.

 

Ce n’est pas tout le monde qui se comporte comme toi.  Bien des gens le savent mais ils s’en foutent.  Les personnes savent que ces jeux mènent à des troubles de comportement.  Elles sont trop lâches pour réagir.  Tu es vaillante et brave, tu n’es pas lâche.  Comme beaucoup de gens disent qu’ils sont braves mais ne le sont pas.  C’est rare les gens comme toi.

 

Audrey-Ann Robichaud, 5e année

École Du Harfang-des-Neiges

 

 

 

 


Je trouve que tu as eu une excellente idée.  C’est vrai que les jeux ultraviolents influencent beaucoup trop les jeunes de notre âge.  Je pense également que ça peut influencer des parents qui y joueraient trop.  L’idée de les éveiller sur ce point était géniale mais surtout très indispensable.  Je trouve que ça prend beaucoup de courage pour faire ce que tu as fait.  Je te remercie pour l’excellent travail que tu as accompli et te félicite d’avoir ouvert les yeux aux adultes et aux jeunes de ton entourage.

 

Mélanie Chandonnet, 6e année

École Harfang-des-Neiges

 

 

 

 


Moi, j’écris à Danielle.

 

Je veux te féliciter pour la bonne idée que tu as eue.

 

C’est vrai que les parents ne voient pas l’influence que cela apporte à leurs enfants.

 

Je trouve que c’est bien d’avoir enlevé les jeux ultraviolents.

 

Cela va peut-être montrer aux jeunes qu’il y a d ‘autre chose à faire que de jouer dans les arcades.

 

Cela va plus les motiver à jouer à des jeux tranquilles à la place des jeux violents.

 

Bye, Bye.                                                           

 

Marie-Philippe Mailhot, 6e année

École Harfang-des-Neiges

Je t’applaudis pour ta bravoure.  Il est vrai que les jeux violents intéressent beaucoup les jeunes et qu’ils disent qu’ils ne mettraient pas en pratique ces jeux.

 

Ces jeux peuvent également entraîner des mauvais résultats à l’école; je ne vois pas la raison de conserver ces jeux qui n’appontent que de la violence dans le monde.

 

Jean-Christophe Labrecque, 6e année

École De St-Laurent

 

 

 

 


Chère Danielle,

 

Je te félicite pour ton courage et ta détermination à faire changer le comportement des jeunes de ton milieu face aux jeux ultraviolents.  Je te félicite encore car je sais quel comportement ces jeunes peuvent retenir de ces jeux.  Ils peuvent suggérer aux enfants de mauvais comportements.  Ils aiment souvent retourner aux arcades pour apprendre encore plus de mauvais coups.  C’est comme la cigarette.  Ça vide les poches, ça crée une dépendante, ensuite ça emmène des ennuis.  Enfin, ils traînent ce comportement même quand ils sont adultes.  Ils seront dépendants des jeux, ils dépenseront tout leur argent dans les jeux.  Ils devront peut-être vendre leur maison pour pouvoir jouer.  Enfin, ils finiront par trouver cela trop dur, ils seront déprimés et ils feront peut-être une dépression.

 

Danielle, je suis vraiment très fier de toi.

 

Kenny Dumas, 6e année

École Du Petit-Chercheur

 

 

 

 


Je te félicite pour ce que tu as fait pour tous les jeunes de notre âge!  Je trouve que tu as entièrement raison.  C’est bien que tu sois allée demander aux propriétaires de bannir les jeux vidéo ultraviolents.  Tu as fait comprendre à plusieurs personnes qu’ils passaient beaucoup trop de temps devant ces machines électroniques.  Tu as éveillé des parents qui ne connaissaient pas l’influence de ces jeux sur leurs enfants.

 

Cynthia Fournier-Kirouac, 6e année

École Aux Quatre-Vents

 

 

 


Salut Danielle,

 

Je suis très content que tu aies réagi à ce problème qui est un grave problème surtout pour les jeunes.  Ces jeux ultraviolents influencent davantage le comportement des enfants qui y participent.  Ils croient que si les héros de ce jeu ont assez de courage pour vaincre les méchants, eux aussi en sont capables.

 

Grâce à ton intervention, tu as fait réfléchir plusieurs parents et enfants victimes de ces jeux vidéo ultraviolents.  J’espère que les parents vont avertir leurs enfants de faire plus attention à l’avenir.  Même moi, je devrais proposer ta solution à mon petit cousin Zacharie.  Parfois, il se prend pour Mario Bros. ou bien pour un Pokémon.

 

Pour finir, j’aimerais te féliciter de ton action qui va faire beaucoup réfléchir.  Même si des adolescents te traitent de n’importe quoi à cause de ton intervention, garde courage et rappelle-toi que c’est pour une bonne cause.

 

Encore félicitations et merci d’avoir réglé ce problème une bonne fois pour toutes.

 

Mathieu Bilodeau, 6e année

École Nouvelle-Cadie

 

 

 

 


Bonjour Danielle,

 

Je te félicite pour ta démarche faite auprès des propriétaires d’arcades, au sujet des jeux violents.  Moi aussi, je trouve que c’est important d’essayer de diminuer ces jeux.  Surtout pour les jeunes qui ne croient pas que ces jeux ont une influence sur eux.

 

J’ai connu, moi aussi, une fille qui aimait beaucoup jouer à ces jeux violents.  Je ne pouvais même plus lui parler tellement elle était attachée à son jeu.  J’ai essayé de lui faire comprendre les effets qu’ils produisaient sur elle.  Elle a compris et s’occupe maintenant à autre chose.

 

Bravo!  Tu as fait du beau travail.

 

Marie-Pier Savard, 6e année

École Marie-Victorin

 

 

 

Chère Danielle,

 

Je tiens personnellement à te féliciter.  Ce n’est pas tous les jours que l’on a la chance d’écrire à une fille comme toi.  Tu est déterminée et tu ne recules devant rien.  Une fonceuse comme toi mérite bien de se faire remarquer.

 

Ton geste prouve trois choses.  La première, c’est que tu ne penses pas juste à toi.  La deuxième, c’est que tu n’aimes pas l’influence néfaste des jeux vidéo et la troisième, c’est que tu n’aimes vraiment pas la violence.  Le fait d’avoir visité les propriétaires des arcades fait de toi une personne très courageuse car certains ont ri de toi.  En revanche, plusieurs personnes t’ont prise très au sérieux et les efforts acharnés ont donné de splendides résultats.  Un geste si simple a fait  prendre beaucoup conscience aux enfants mais surtout aux parents. Aussi, grâce à toi, nos parents savent que les jeux vidéo nous influencent beaucoup. Même si certains jeunes t’en veulent énormément et te disent constamment que c’est de ta faute si les jeux vidéo violents ne sont plus à leur disposition, tu dois leur dire que l’absence de ces jeux leur donne beaucoup plus de temps pour étudier et faire du sport.  Des gens comme toi, il en faudrait beaucoup plus.

 

Bravo!  Tu es vraiment une personne unique et beaucoup d’enfants te doivent une petite partie de leurs études.  Encore une fois, félicitations!  Tu n’a pas changé le monde, mais c’est en faisant des gestes comme le tien qu’on le rend meilleur.

 

Iza Gosselin-Charbonneau, 6e année

École Ste-Anne-les-Iles

 

 

 

 


Bonjour Danielle,

 

Je m’appelle Catherine Boulanger.  J’ai douze ans.  Je vous admire beaucoup à cause des gestes que vous avez posés envers les jeux ultraviolents.  C’est une très bonne idée.

 

Vous avez bien fait d’aller voir les propriétaires des arcades pour bannir les jeux trop violents.  Moi j’ai un petit frère qui va souvent aux arcades.  Quand il revient, il commence à jouer à des jeux de guerre, sans doute à ceux qu’il joue quant il va aux arcades!  Quelques fois, il se blesse gravement en jouant à tous ces jeux de guerre.

 

Nos parents essayent de nous appendre à ne pas nous battre et les jeux vidéo font le contraire.  Je trouve qu’il pourrait y avoir un peu moins de jeux de guerre parce que maintenant il y a beaucoup trop de violence dans le monde.  Je crois qu’en grande partie cela vient des jeux vidéo.  C’est peut-être une idée que je me fais en disant que les jeux vidéo amènent la violence dans le monde.  Je suis très contente que les propriétaires vous aient pris au sérieux parce que c’est vraiment pour une bonne cause. Les jeunes trouvent ça très amusant mais il y a des pays où ce n’est pas un jeu, c’est la vraie vie.

 

Je vous admire beaucoup.  Moi je n’aurais jamais eu le courage d’aller voir les propriétaires pour leur dire ce que je pensais des jeux vidéo ultraviolents.  En bref, ce que je voulais vous dire, c’est que je vous félicite d’avoir fait ce geste.

 

Catherine Boulanger, 6e année

École Mgr-Brunault

 

 

 

 


Bonjour Danielle,

 

En parcourant ton bref récit, j’ai trouvé génial ton initiative de placer les jeux vidéo ultraviolents dans une section réservée aux personnes âgées de plus de 18 ans.

 

Pour aider à maintenir la paix dans notre pays, poursuis ta démarche qui influencera les jeunes positivement et ils prendront conscience de l’importance de stopper ce danger.  Je te suggère de réunir d’autres personnes qui, comme toi, veulent poursuivre ton projet dans d’autres villes plus connues et, en même temps, encourager les maniaques de ces machines à diminuer la fréquence de leurs visites.

 

Je te félicite et t’encourage fortement à continuer ce geste courageux et intrépide.  Pour t’aider dans ton projet, s’il te manque un garçon ingénieux, je me porte volontaire.

 

Cédric Lacombe, 6e année

École Ste-Victoire

 

 

 


Danielle,

 

Je trouve que tu as eu une super de bonne idée car maintenant probablement que tes amis et amies sont moins violents.  Ils doivent aussi avoir de meilleurs résultats scolaires.  Car jouer à des jeux où il faut sortir d’un labyrinthe ou encore retrouver la maman du petit lapin rose n’est pas très amusant.  Cela doit avoir réveillé quelques parents au sujet des jeux vidéo et leurs enfants.  Les parents doivent se demander d’où vient la violence qu’expriment leurs enfants.  La réponse : les jeux vidéo ultraviolents.  En fait, Danielle, il y a de la violence un peu partout dans le monde, mais puisque tu en as banni un petit peu, il y en aura peut-être moins.

 

Andrée-Anne Dupont, 6e année

École Christ-Roi

 


VALÉRIE DÉFIE EMINEM

 

Valérie Smith apprend qu'un chanteur misogyne des États-Unis vient donner des spectacles à Toronto et Montréal. Dans ses chansons, le rappeur parle d'égorger sa mère, couvre les femmes d'insultes indécentes et grossières. Il rêve d’en  étrangler quelques-unes.  Valérie consulte le Code criminel canadien. Ce dernier interdit de prononcer des paroles haineuses en public contre quelqu’un à cause de la couleur de sa peau, ou à cause de sa religion. Elle sait que si le chanteur s'en prend aux noirs ou aux juifs, on ne le tolérera pas. D’autres ont essayé; ils ont été interdits. Elle demande donc à la police d'interdire le spectacle d'Eminem.  Le chef de police répond qu'il n'y peut rien. Le Code criminel protège beaucoup de monde contre les discours haineux, mais pas les femmes. Qu'en dis-tu?

 

Commentaires en rapport avec le texte ci-haut

 

J’approuve ce que Valérie fait car cela est juste.  Le rappeur Eminem n’a pas le droit d’insulter aucune personne.  Tout le monde a le droit à la justice, à la paix, au respect, à être bien traité, etc.  Vivre comme cela en insultant tout le monde, en particulier les femmes, n’est pas acceptable.  Je n’y vois aucun plaisir à ce qu’il fait.  Je pense aussi que le Code criminel qui protège les personnes contre les discours haineux devrait être aussi pour les femmes et non juste pour les hommes.  Je trouve cela épouvantable que malgré tout Eminem puisse faire son concert de musique.  Si je le pouvais, j'annulerais complètement ce spectacle.

 

Alors j'encourage donc Valérie à poursuivre ses démarches.

 

                                                                       Mathieu Coderre, 6e année

                                                                       Parc école Renaud

 

 

Bien je trouve que Eminem c’est un  épais et qu’il parle trop vulgairement.  Les chansons sont peut-être bonnes mais quand on les traduit c’est pas bien bien intelligent.  Il se traduit trop de méchancetés envers les femmes, les noirs, les homosexuels, envers presque tout ce qui bouge.  Cet homme n’est pas un exemple à suivre dans le monde, il est loin de tout.  Il est peut-être un bon vendeur de CD mais maintenant aux États-Unis, il faut 18 ans pour sortir un de ces CD, cela veut dire violence et vulgarité.

 

                                                                       Eric Carbonneau, Sec. 1, CPF

                                                                       École secondaire Le Sommet

 

 

Je trouve tout à fait inacceptable que l’on ne protège pas les femmes de toutes ces paroles blessantes.  Pourquoi devrait-on interdire de dire des noms à des gens différents psychologiquement et physiquement, si on ne s’occupe même pas de ceux qui sont comme nous?  Nous devrions commencer à faire la paix dans les choses les plus simples qui n’impliquent que peu de choses et beaucoup de personnes, au lieu de faire une règle dans les choses compliquées qui impliquent beaucoup de choses mais peu de personnes.  Nous devrions voter une loi interdisant la violence verbale publique faite aux femmes.  Car sinon, les groupes vont continuer de chanter des insultes, ce qui est indécent et tout à fait inapproprié.  En 1960, les gens se croisaient dans la rue et se disaient : « Peace men! ».  Aujourd’hui, les gens ne se parlent plus de peur que les autres les bousculent.  Pourquoi avons-nous tant changés en 40 ans?  Nous sommes sensés évoluer, mais...

 

                                                                       Ariane Beaulieu, Sec. 1

                                                                       École secondaire Le Sommet

 

                                                                                                                       

Ce que je dis du texte de « Valérie défie Eminem », c’est qu’on ne devrait pas laisser  un chanteur avoir le droit de dire des idioties pareilles dans les chansons.  Deuxièmement, ce qu’il dit est une forme de racisme, nous devrions interdire à quiconque, chanteuse ou chanteur, du racisme dans leurs chansons envers qui que ce soit.  La mère d’Eminem et plusieurs autres femmes pourraient le poursuivre en justice.  C’est une forme de menace contre elles etc’est illégal.  Tout ça pour dire qu’on

ne devrait pas admirer des personnes qui ont des langages vulgaires ou du racisme dans leurs chansons au Québec et dans les villes comme Montréal, Hull et plusieurs autres.  J’espère que mes idées vont vous aider.   Merci beaucoup de votre compréhension.

 

                                                                       Christina Fournier-Tremblay, Sec. 1

                                                                       Pavillon Saint-Pierre

 

Les femmes devraient être protégées contre la violence autant que les hommes.  Parce que ce sont elles les plus maltraitées dans tous les pays du monde et c’est de l’injustice pour les femmes.  Les paroles haineuses devraient être bannies de tous les pays du monde.  Cette violence n’est pas acceptable.  Ce n’est pas la race ni la religion qui importe, c’est l’intérieur de soi-même.  Ce chanteur est très blessant pour les femmes et les jeunes filles.  Il parle d’étrangler sa mère.  Il faut être fou pour faire cela parce que sans sa mère il n’existerait pas.   Le Code criminel canadien devrait protéger beaucoup plus les femmes et être mieux respecté.  Plusieurs chanteurs sont comme lui.  Ils disent des paroles violentes et blessantes.

 

                                                                       David Boivin, Sec. 1

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

 

 

 

Je ne sais pas si c’est moi qui est bizarre ou si c’est réellement sans bon sens qu’il n’y ait pas de loi concernant les droits des femmes.  Pourquoi alors y a-t-il des lois sur la couleur de la peau et la religion des gens?  Pourtant les femmes devraient avoir autant de droits que ces derniers.  Le gouvernement canadien devrait faire voter une loi sur la protection des femmes comme ce qui en est pour la couleur et la religion des gens.  Eminem, quant à lui, devrait se faire interdire de publier ces albums honteux et s’il continuait à chanter des chansons contenant des paroles semblables sur les femmes, il devrait cesser de chanter en public comme il le fait à l’heure actuelle.  Je souhaite qu’une loi soit votée comme je l’expliquais auparavant.

 

                                                                       Stéphanie Gaulin, Sec. 1

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

 

 

 

Je trouve que cela n’a pas de rapport qu’une personne soit une femme ou un homme.  La justice doit être la même pour tous...  Tous ont leurs droits, leurs libertés personnelles, leur bon équilibre mental, d’être comme ils veulent et d’être bien protégés.  C’est pour cela que, chanson ou pas, il faut respecter les gens, qu’ils soient de couleur différente, de niveau social différent (pauvre, moyen ou riche), pourvu d’un handicap quelconque.  C’est le respect de la personne.  Cela peut toucher une personne et la faire se sentir mal si elle comprend le texte de la chanson.  C’est une forme de harcèlement, de menace et d’agression, tout en même temps.  Personne ne doit être laissé de côté à cause de son sexe.  Le groupe qui a écrit ces paroles, soit Eminem, devrait avoir, soit une amende ou soit une peine à purger, cause : menaces.  C’est cela que je pense et que je dis à propos des chansons vulgaires qui peuvent diminuer des personnes dans leur estime personnelle.

 

                                                                       Jonathan Couture-Poulin, Sec. 2

                                                                       École secondaire Le Sommet

 

 

                                                                                                           

 

OÙ S’EN VA LE MONDE?

 

Longtemps à travers les siècles, des hommes de noblesse ont dénigré la femme par divers moyens.  De quels droits se sont-ils donné le pouvoir de les juger?  À mon avis, la femme est et restera toujours égale à l’homme.

 

Personne ne peut se permettre de juger quelqu’un par son sexe ou son apparence.  Mais où s’en va notre monde?  Pourquoi il existe aujourd’hui des lois qui défendent des criminels de leurs délits et qu’une femme, elle, ne peut même pas se faire respecter dans une chanson?

 

La femme, ainsi que toute autre personne sur terre, mérite le respect de tous et chacun.   Je me demande si quelqu’un écrivait une chanson qui, dans son contenu, insultait les hommes, est-ce que ceux-ci l’écouteraient sans rien dire?

 

Pensez un peu à cela car, comme le croit Valérie, la femme est égale à nous et mérite qu’une loi la protégeant contre le discours haineux soit mise en place aujourd’hui.  Merci!

 

                                                                       Pierre-Luc Bouchard, Sec. 2

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

 

Je ne comprends absolument pas pourquoi les femmes auraient plus le droit de se faire insulter ou menacer par n’importe qui que les autres personnes.  C’est vraiment ridicule.  Pourtant, il y a beaucoup de femmes qui ont fait leur part dans notre société et encore beaucoup qui le feront. Alors pourquoi nous enseigner la justice et la paix à l’école, alors qu’en sortant de celle-ci, c’est tout un autre monde qui nous attend?  Les adultes veulent nous montrer à vivre, tandis que certains d’entre eux ne savent même pas le faire.

 

Pour remédier à ce problème, je crois que l’on devrait littéralement réviser le Code criminel et rectifier certains de ses règlements, comme celui-ci, qui ne protège pas les femmes.  Cela contribuerait sans doute à arrêter cette injustice qui dure depuis si longtemps.  Et si l’on ne veut pas changer cette loi, dites-moi seulement une bonne raison pour laquelle les femmes ne peuvent pas être, une fois pour toutes, égales aux hommes.

 

                                                                       Véronique Martel, Sec. 2

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

Pourquoi penser que les femmes sont du sexe faible?  Au contraire, les hommes ne peuvent savoir tout ce que nous endurons.

 

Tout le monde est égal mais avec une personnalité différente.  Donnez une seule bonne raison pour croire que les femmes sont du sexe faible.  Vous n’en trouverez pas.  Le sexisme n’est pas justifiable.  Personne ne devrait penser ainsi.

 

Dans l’ancien temps, les femmes ne pouvaient faire leurs preuves car elles étaient confinées à leurs tâches d’épouses.  Leur mari les traitait comme des esclaves, des objets.  Mais certaines se sont battues; pensons à Jeanne d’Arc qui est allée jusqu’au bout et même jusqu’à sa mort.

 

Par chance, la situation s’est améliorée.  Alors pourquoi relâcher si près du but : d’égaliser les deux sexes?  Chaque homme vient d’une femme, n’est-ce pas une bonne raison pour nous considérer comme un être humain à part entière?

 

                                                                       Jessyca Jalbert et Marjorie Langevin, Sec. 2

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

 

LE RESPECT!  OUI, MAIS POUR QUI?

 

Est-ce que nous pouvons conclure de cela que le fait d’insulter un homme sans raison est moins grave que de l’insulter parce qu’il est noir ou juif?  Je crois qu’il est évident d’interdire à quelqu’un de prononcer en public des paroles haineuses contre une personne d’une quelconque religion, mais la femme en général qu’Eminem insulte, elle n’a pas droit d’être protégée par une loi?  Même si ce chanteur criait des insultes à un homme, ce n’est pas fort mieux!  Je crois plutôt que ce texte de loi devrait être revu et changé par une interdiction de prononcer des paroles haineuses contre qui que ce soit, autant un homme blanc, qu’une femme noire ou qu’un couple musulman.  Le respect touche plusieurs sphères; pas que celle de la religion ou la couleur de la peau, mais il touche à tout l’humain, à tous ses actes.  Puis, qu’elle est l’intention d’écouter cette musique aux paroles complètement stupides et immorales?  Non seulement les policiers et les lois ne peuvent l’empêcher, mais plusieurs adolescents de nos jours aiment vraiment ces textes.  En plus, plusieurs femmes apprécient!  Elles apprécient qu’on parle contre elles!  Il y a de ces choses incompréhensibles de la société.  Mais questionnons-nous plutôt sur cette question : le respect, c’est pour qui???

 

                                                                       Joëlle Steben-Chabot, Sec. 2

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

 

 

 

 

LE RESPECT DES FEMMES

 

Depuis plusieurs années, les gens se battent contre la violence verbale et physique.  La violence verbale se contredit souvent.  Plusieurs annonces sont diffusées à la télévision pour éliminer celle-ci.  Malheureusement, quelques artistes critiquent négativement les femmes ou d’autres personnes de religion, de croyance ou de couleur différentes en public.  Comme par exemple, le célèbre chanteur Eminem qui fait des chansons qui passent des messages dégradants et haineux à l’égard des femmes.  On pourrait se demander s’il fait cela par méchanceté ou s’il veut seulement se donner un style.  Ce genre de paroles devraient complètement être censurées surtout lorsqu’elles proviennent d’une personne connue et qu’elle doit s’exprimer devant des milliers d’individus.  Il ne faut surtout pas oublier que les jeunes de nos jours sont très influençables.  Ils peuvent chanter ou simplement redire les paroles apprises sans savoir la signification de celles-ci.  Nous trouvons cela insensé qu’il n’y ait pas de loi protégeant le respect des femmes.  Les femmes se doivent d’avoir les mêmes droits et libertés que les hommes.  Si nous réfléchissons un peu plus profondément, nous réalisons que ce sont surtout les hommes qui commettent les crimes, abusent des femmes et ce sont eux qui sont protégés par la loi!  Pourquoi?   Réfléchissez...

 

                                                                       Frances Lacroix et Marie-Pier Marquis, Sec. 2

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

 

LA VIOLENCE DES PAROLES...

 

Comme à tous les jours, votre réveille-matin vous tire du sommeil avec des airs connus, mais cette fois-ci c’est tout le contraire...  Vous entendez une voix d’homme accompagnée d’une musique bien simple mais qui accroche l’oreille des gens.  Cet air vous plaît beaucoup et vous le fredonnez toute la journée en étant complètement inconsciente des paroles que vous chantez.

 


Quelques semaines passent et vous apprenez à la radio que ce chanteur, maintenant devenu si populaire, a atteint le sommet du palmarès.  Vous restez très attentive à ce qu’on raconte à son sujet puisque vous avez maintenant un intérêt à écouter sa musique.  Mais vous venez de manquer un bout de phrase et vous réalisez enfin que les paroles que chante Eminem sont misogynes.  Ceci vous frappe et vous jugez cela inacceptable.  Comment peut-on accepter qu’Eminem, qui est devenu l’idole de milliers d’enfants et d’adolescentes, chante des paroles injurieuses à l’égard des femmes et que celles-ci soient diffusées un peu partout dans le monde?  Ce qui est le plus désarmant, c’est que la société ne réagit pas à cette situation!  Un article de revue mentionnait que ce chanteur si populaire s’amuse à composer ce genre de musique pour provoquer les gens.

 

Pourquoi aurait-il le droit d’écrire ces textes si grossiers et si haineux?  Et si c’était une femme qui chantait des paroles insultantes sur les hommes, comment la société réagirait-elle?  Difficile à répondre, n’est-ce pas!

 

                                                                       Maude Blouin et Amélie Rhéaume, Sec. 2

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

                                                                                               


LE SEXISME : UNE LONGUE ET PÉNIBLE HISTOIRE

 

Le code criminel a un sérieux besoin d’être revu.  Le sexisme existe depuis les premières civilisations.   Le « sexe faible » ne pouvait alors rien faire.   On traitait les femmes comme des meubles!  Je suis écoeurée parce que nous, les filles, aurons dans certains emplois moins d’argent qu’un gars.  Nous aurons plus de difficultés à nous faire accepter sur le marché du travail et nous devrons subir parfois des commentaires dégradants.  Si la loi n’aide même pas à les enrayer, où allons-nous?  Les femmes dans l’Antiquité, le Moyen-âge et une certaine partie des autres époques étaient considérées comme des gens qui n’étaient pas capables d’apprendre, comme plusieurs autres minorités.  Alors pourquoi n’aurions-nous pas la même protection que ces autres minorités?  Heureusement qu’il y a eu beaucoup d’améliorations depuis l’Antiquité.  La misogynie n’a plus de raison d’être.  De nombreux jeunes écoutent Eminem.  Ce n’est vraiment pas un bon exemple.  Je trouve aberrant qu’un être humain ne soit pas assez intelligent ou n’ait pas assez de culture pour écrire des choses sensées.  S’il n’avait rien à dire, il n’aurait rien dû dire.

 

                                                                       Émilie Champagne, Sec. 2

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

 

POURQUOI NOUS?

 

Depuis que le monde existe, les droits des femmes ont été bafoués.  Quelque part en Europe, en Afrique, en Asie, en Océanie et dans les Amériques du Nord et du Sud, il y a une femme qui, en ce moment même où vous lisez ceci, se fait battre pour des raisons qu’ici nous qualifierions d’injustes.  Parce qu’ici, nous avons évolué.  Dans nos coeurs et dans nos têtes, nous savons, au plus profond de nous-mêmes, que ce qui se passe ailleurs et ici nous fait mal, et nous avons pitié.  Mais pourquoi avoir tant besoin d’avoir mal, ou d’avoir pitié, quand nous pouvons, tous ensemble, faire en sorte que les femmes se fassent respecter dans le monde et prennent leur place au sein de notre société?  Et pourquoi chercher loin?  Nous savons que même ici, en Amérique du Nord, il y a des femmes qui ne sont pas respectées, et à qui nous ne donnons pas le plein crédit pour leur contribution à la société.  Nous vous prions de prendre en considération les nombreuses femmes qui sont battues injustement par leur mari et de faire en sorte que cette injustice prenne fin.  Étant nous-mêmes de jeunes femmes canadiennes, nous nous engageons à lutter pour les droits des femmes à travers le monde.  Car tous ensemble, nous pouvons faire la différence.

                                                                       Sophie Roy-Lafleur et

                                                                       Sandrine Muir-Bouchard, Sec. 2

                                                                       Pavillon St-Pierre

 

 

 

 

Beaucoup trop de femmes sont battues, violées et injuriées.  Je me demande pourquoi

personne ne fait rien.  Les femmes battues se taisent parce qu’elles savent que, même avec les procédures judiciaires, elles ne sont pas sûres de s’en sortir. À l’école aussi, beaucoup plus de filles que de garçons se font insulter pour des petites différences ou parce qu’elles ont de bonnes notes.  Durant les cours, beaucoup de profs ne font rien et si la personne le dit et que le prof réagit ça devient encore pire après.

 

On devrait faire une loi contre le sexisme et la violence faite aux femmes pour que les criminels soient punis.  Dans les écoles il y en aura toujours et j’aimerais bien savoir pourquoi ceux qui réussissent bien se font insulter!  C’est un test où quoi?

 

                                                                       Roxanne Métivier, Sec. 3

                                                                       École secondaire Le Sommet

 

 

 

 

J’ai choisi la situation parce que, pour moi, prononcer des paroles haineuses en public, que se soit à cause de sa couleur de peau, sa religion, son sexe, c’est la même chose que pour les femmes.  Ce sont des personnes comme les autres.  Alors moi, à la place de Valérie, je continuerais à essayer de convaincre le Code criminel à interdire le spectacle d’Eminem, car ces jeunes peuvent être influencés par ce jeune chanteur. Moi, je pense que les femmes ne méritent pas d’être insultées comme ça.  Le seul moyen est de se défendre du mieux que l’on peut.  Je conclus en disant aux femmes qui ont vécu cette situation de ne pas se faire avoir !!!

 

                                                                       Marie-Andrée Roy, Sec. 3

                                                                       École St-Charles

 

Personnellement, je trouve ça inacceptable, je n’ai rien contre Eminem, mais il est très vrai qu’il est temps de voter une loi pour ça.  C’est vrai que les femmes ont acquis toutes sortes de lois en leur faveur, mais on a le droit de les traiter de toutes sortes de noms, de dire des stupidités, de dire qu’on va les tuer, les étrangler, les battre.  NON!  Ça n’est pas tolérable.  Comme je l’ai dit, le seul moyen à mon avis de faire changer ça c’est de présenter le sujet à la chambre des communes et de faire voter la loi.  Je ne vois pas pourquoi ça ne fonctionnerait pas puisque d’autres lois ont été votées pour des choses plus bénignes que ça.  Alors si la loi passe c’est bien dommage pour Eminem et tous les autres misogynes, mais ils ne pourront plus venir ici pour déblatérer contre les femmes.  De toute façon, ça serait beaucoup mieux pour tout le monde, car moi aussi j’en connais malheureusement deux misogynes et j’aimerais bien que ça cesse au plus vite.  Alors si vous n’y avez pas déjà pensé, essayez de faire cette loi en faveur de toutes les femmes.   Au nom de moi, de toutes les victimes de misogynes, pensez-y.

 

                                                                       Pierre-Marc Doucet, Sec. 3

                                                                       École secondaire L’Horizon

 

 

Eminem est un rappeur très controversé.  Il aime parler de violence et de discrimination envers les femmes dans ses textes.   Pourtant avec plusieurs jeunes fans, il continue d’employer des mots violents et insensés.  Il ne devrait pas avoir le droit de parler comme ça surtout quand il sait que de jeunes enfants écoutent ses compositions.  Ça peut les entraîner à penser comme lui.  Il ne respecte pas la charte des droits de l’homme, donc on pourrait faire quelque chose pour que cessent ces idées noires.  Les autorités sont présentes pour faire respecter ces droits et ne font rien pour qu’il arrête.  Ils pourraient seulement faire changer le contexte de ses chansons pour qu’elles ne discriminent plus les femmes et qu’il ne prône plus la violence de ses textes et l’amener aux autorités pour qu’il voit que la population en a assez.  Les personnes qui aiment sa musique continueront à l’écouter car ils aiment la musique et non les paroles.

 

                                                                       Francis Turgeon et Hugo Généreux, Sec. 3

                                                                       École secondaire l’Horizon

 


Je suis partiellement d’accord.  Premièrement plusieurs personnes ne comprennent même pas ce qu’Éminem dit dans ses chansons.  Ils aiment ce groupe pour le style de la musique.  Mais lorsque tu comprends les paroles, alors tu peux le juger.  Il n’a pas peur de s’exprimer et de montrer à quel point il hait certaines personnes.  Souvent, c’est abusif, il oublie le respect et la discrétion, il arrive aussi qu’il généralise un peu trop et certains se sentent visés.  Mais, c’est de la musique, une forme d’art parfois décevante, mais qui plaît à plusieurs personnes.  Bref, il s’exprime un peu trop librement dans ses spectacles mais c’est devant un public qui veut l’entendre.  Dans les radios, certains passages sont censurés donc ça ne dérange personne.  La solution n’est pas d’interdire ce spectacle mais de sensibiliser les gens à ne pas écouter des vulgarités de ce genre.

 

Christine Ferrandiz-P., Sec 4

École secondaire Le Sommet

 

Je crois que l’article de la loi devrait être aussi valable pour les femmes.  Après tout, nous sommes aussi des êtres humains.  Si les races et la religion sont défendues alors le sexe des personnes devrait l’être aussi.  Éminem n’a qu’à changer ses paroles et garder le même rythme, il aura autant de succès.  Il y a assez de femmes qui se sont battues pour qu’on reconnaisse leur égalité face aux hommes, personne n’a le droit d’aller les humilier devant le monde entier.  On dit que si le chanteur s’en prend aux noirs ou aux juifs on ne le tolérera pas, mais ne croyez-vous pas que dans tous ces noirs et ces juifs, il y a aussi des femmes?  Les femmes constituent la moitié de la population sur terre et doivent, à mon avis être autant respectées que quiconque.  Ce n’est pas tout le monde qui trouve les femmes inférieures, donc si Éminem a quelque chose de personnel contre les femmes, il n’est pas obligé d’entraîner tout le monde à penser comme lui.

 

Vanessa Gignac, Sec. 4

École secondaire Le Sommet

 

 

Je trouve inacceptable qu’un chanteur Éminem dénigre à ce point le sexe féminin.  Il y a des lois pour défendre les noirs, les juifs , les handicapés mais les femmes <doivent se défendre seules.  Il faudrait aller voir les ministres et leur demander de faire une loi interdisant ou du moins, contrôlant ce genre de chanson.  Peut-être aussi faire signer une pétition pour démontrer que nous sommes plusieurs à penser ainsi.  Cela aurait sûrement plus de poids face au gouvernement.

 

Les paroles de ces chansons peuvent toucher plus d’une personne sensible.  Il est insensé de faire subir cela à quelqu’un qui est déjà mal dans sa peu et qui entend ce genre de paroles.  La société devra peut-être apprendre qu’il y a des choses qui ne se disent pas n’importe où ou n’importe quand. 

 

Isabelle Poulin-Fiset, Sec. 5

École secondaire Le Sommet

 

 

 

 

On considère que la société du 21e siècle est évoluée.  La technologie de plus en plus avancée, les recherches poussées que les scientifiques effectuent ainsi que plusieurs autres facteurs nous forcent à croire à ce phénomène d’évolution.

 

Cependant, encore aujourd’hui, aucune loi n’empêche les êtres humains de dégrader les femmes.  Pourquoi donc?  Que nous manque-t-il à nous les épouses, les maîtresses de maison, les ouvrières, les étudiantes pour ne pas avoir  le droit d’obtenir  une loi qui

 

nous permette de ne pas être la cible de misogynes?  Même en 2001, les femmes sont encore trop souvent considérées comme des objets et celles-ci doivent se battre pour obtenir une place de choix dans ce monde supposément évolué et affichant le respect des différences.

 

Le Code criminel punit les racistes et ceux qui s’en prennent aux autres religions.  Celui-ci devrait aussi défendre les femmes, car encore aujourd’hui, malgré les décennies de batailles, celles-ci sont encore et toujours perçues comme des êtres inférieures au sexe opposé même si nos objectifs sont équivalents à ceux des hommes, tout comme les autres races ou religions qui elles, sont protégées contre les discours ou gestes haineux et ont obtenu une protection.

 

Véronique Bérubé, Sec. 5

Cité étudiante de la Haute-Gatineau

 

 

 

 

Je dis que nous les femmes avons le droit d’être traitées en égales.  Depuis plusieurs siècles, nous nous sommes battues pour obtenir liberté et égalité, mais je dis qu’il ne faut pas baisser les bras et continuer à faire valoir nos valeurs et notre égalité.

 

Je rêve qu’un jour on puisse, nous les femmes, vivre dans un monde sans sexisme et sans infériorité.  Devons-nous, en tant que femmes, briser le silence et se faire entendre afin de démolir les frontières?  Regroupons-nous, soyons solidaires les unes les autres puisque l’on a autant droit à la sécurité et au respect que les autres êtres humains puisque nous en sommes d’abord.

 

Magaly-Ann Guimont, Sec. 5

École secondaire Le Sommet

 

 

 

 

Les femmes ont toujours été un des majeurs destinataires de dénigrements et préjudices.  Malgré les différentes lois qui ont été rédigées pour empêcher que paroles et discours haineux soient prononcés contre un groupe qui se caractérise par la  « race » ou la religion, encore aujourd’hui, elles continuent à subir, sans qu’aucun ne soit décidé à lever un doigt.

 

Dès l’aube de l’humanité, chaque société a considéré la femme inférieure mais pendant le cours du vingtième siècle, elles se sont émancipées, ont gagné des droits auxquels seulement les hommes avaient accès.

 

Malheureusement, on a pas encore rejoint une égalité vraie et propre!  Cependant, je pense qu’un jour très tôt, on sera capable de l’avoir.  Cette tâche pourrait être plus facile si des individus populaires comme Éminem ne s’acharnait pas contre elles.Le troisième millénaire est commencé et on se mesure encore avec des hommes si bouchés.  Le rappeur devrait avoir honte d’écrire et de changer en public des mots pareils envers les femmes et surtout sa mère, celle-là même qui l’a mis au monde.

 

 

                                                      Giorgia Grassini, Sec.

                                                      Cité étudiante de la Haute-Gatineau

 


Solutions au sexisme et à la violence

(Version définitive)

 

 

Situations 2002 soumises au primaire

 

Amour paternel

Quelques amis de ta classe regardent l’émission de télé « Les Simpson ». Le lendemain, ils rigolent en se racontant les mauvais coups de Bart  et les réactions de son père qui regrette de l’avoir mis au monde. Récemment, en lisant le journal, ton père t’apprend  que l’homme qui réalise l’émission ne permet pas à son fils de 12 ans la regarder. Selon toi, pourquoi cette homme refuse-t-il à son fils de regarder l’émission « Les Simpson »? Tu écris aux parents des élèves pour leur donner conseil.

 

Bus magique

L’émission de télé jugée la plus intéressante et la plus utile est celle qui raconte les aventures d’une enseignante et de ses élèves qui voyagent dans des endroits insolites pour découvrir ce qui s’y passe. Au fond de la mer, à travers les planètes, dans les vaisseaux sanguins d’un être humain, dans un jardin la nuit. Tu écris aux gens qui produisent l’émission pour les féliciter.  Laquelle des aventures du bus magique as-tu préféré. Tu en profites pour faire des suggestions de lieux que tu aimerais visiter à bord du bus magique.

 

Cauchemars

L’autre jour, Jérôme racontait qu’il fait parfois des cauchemars horribles. Sophie avoua qu’elle en fait elle aussi. « Hier, un requin me pourchassait » dit-elle. « Moi, j’étais dans un avion en flammes, comme à New-York » ajoute Jérôme. Parfois, on revoit des images vues au téléjournal, une scène d’un  film d’horreur ou un passage effrayant de l’émission « Fais-moi peur ». Fais-tu des cauchemars? Raconte! Que ressens-tu? D’où viennent les images? 

 

Taxage

Brigitte vient d’arriver dans ta classe en plein milieu d’année. Elle est timide. Amélie, une élève de ta classe, lui a parlé secrètement hier. Elle lui a expliqué que sa gang acceptait les nouvelles élèves mais qu’il faudrait apporter 2$ à l’école dès le lendemain matin. Brigitte a peur et ne sait quoi faire. Elle te demande conseil.
 

 

Situations soumises au secondaire

 

GARDIENS AVERTIS

Serge et Thomas sont les seuls élèves masculins de l’école qui suivent le cours de gardiennage avec 26 filles. Dès la première rencontre, Karine se  moque d’eux. « Que faites-vous là? Un gars ne pourra jamais changer les couches et consoler un bébé. » « Voyons, reprend Sarah, tu sais bien que Serge et Thomas sont des filles manquées ». 

Le lendemain, des gars de la classe informés de la situation tentent de les ridiculiser. « Que faisiez-vous là? ». Tu prends la parole.

 

Machos violents 

La Lutte WWF est un spectacle télévisé qui influence des enfants de ta famille et de ton voisinage. Les jours de congé, ils se réunissent et imitent les héros de la WWF. La compagnie « Toys ‘R’ Us » vend des poupées à l’effigie des lutteurs. Tu écris au président de cette chaîne pour l’inviter à refuser de  vendre ce type de jouets qui fait rêver les petits garçons à devenir machos, épais et violents.

 

Sport viril ?

Jacques Demers comparaissait récemment devant un comité de  l’Assemblée Nationale du Québec. L’ex-entraîneur des Red Wings et des Canadiens témoignait de la violence au hockey. « Dans la LNH, pour protéger nos  joueurs plus talentueux, nous sommes obligés d’engager des bagarreurs. Nous les appelons des « policiers ». Cependant, chez les enfants, la violence est inacceptable. Ce sont les parents qui  veulent trop gagner qui poussent les petits à la violence. » Selon lui, la télédiffusion des matches de la ligue nationale,  influence-t-elle les enfants? Il reconnaît que oui.

On t’invite à donner des conseils à l’un des quatre groupes suivants :  entraîneurs, arbitres, télédiffuseurs, parents. Quelle attitude faut-il adopter avec les joueurs violents? Et avec les spectateurs hurleurs?

 

Punir des innocents

Comme on soupçonne les auteurs du massacre de New-York d’être musulmans, dans plusieurs villes des Etats-Unis et du Canada, on a trouvé des graffitis sur les murs des mosquées : « assassins », « retournez chez vous », « terroristes », …. Une équipe de télé vient dans ton école pour interviewer des jeunes. La journaliste te demande ce que tu en penses.

 

 

Situations 2002 soumises au collégial

 

Ingrédient commercial

La compagnie Hasbro utilise des émissions complètes pour annoncer ses produits. Depuis 1980, elle a bourré ses propres émissions de milliers de scènes d’explosion, de terreur, de karaté, de massacres pour capter l’attention des enfants, les manipuler et leur faire désirer leur prochain cadeau de Noël. Résultat? Des profits mirobolants, grâce à des émissions comme Pokémon, Power Rangers, Ninja Turtles, etc. Non seulement ces émissions sont-elles parmi les plus violentes, mais les héros sont aussi fortement stéréotypés. Le journal te demande un article sur l’influence de ce type d’émissions sur le budget des parents et le comportement des jeunes.

 

Lobe frontal atrophié.

Un chercheur japonais vient de faire une découverte pour le moins stupéfiante. Les jeunes qui passent leur temps sur des jeux vidéo développent une lacune; leur lobe frontal s’atrophie. Le jeu les entraîne à répondre le plus rapidement possible, sans réfléchir, à un stimulus. Il a comparé l’activité cérébrale de jeunes qui jouent à un jeu de massacre à d’autres qui tentent de résoudre des problèmes mathématiques. La différence est flagrante.

Or, le lobe frontal est le centre de prises de décision. C’est là que l’on choisit de poser ou de ne pas poser un geste. Le chercheur considère que cette découverte n’est pas sans lien avec le problème de violence juvénile que rencontrent nos sociétés. Qu’en penses-tu?  

 

Monstre à mille faces

Lors de la conférence mondiale sur le racisme tenue à l’automne 2001, à Durban, en Afrique du Sud, les participants avaient des préoccupations diverses. Certains insistaient sur le racisme de l’Allemagne nazie contre les juifs lors de la dernière guerre mondiale. D’autres sur les dommages causés à l’Afrique noire par l’esclavagisme et la richesse qu’en ont tiré l’Europe et l’Amérique. D’autres, sur le système des castes, en Inde, où des « intouchables » vivent dans des conditions de pauvreté extrême. D’autres ont témoigné des conditions de vie des autochtones du Canada, enfermés dans des réserves et poussés au suicide. D’autres ont attiré l’attention sur ces enfants vendus (ou donnés) comme esclaves dans des pays du tiers monde pour tisser des tapis, coudre des ballons ou fabriquer des souliers de sport pour les pays riches. D’autres ont voulu condamner le Sionisme qui proclame la supériorité du peuple « élu » et le racisme de l’État d’Israël à l’endroit de ses citoyens Palestiniens. D’autres, enfin, ont fait remarquer que sous les multiples facettes du racisme, ce sont des femmes et des petites filles qui sont les  victimes les plus cruellement traitées. Si tu avais pu participer aux travaux de la conférence, quelle aurait été ta position.

 

Marche mondiale

L’année 2000 a été marquée par un événement sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Tout au long de l’année, des centaines de milliers de gens de tous les continents ont dénoncé la pauvreté et la violence faite aux femmes. Le 17 octobre 2000, point culminant de la campagne, des représentantes de la Marche mondiale des femmes, originaires de 165 pays, rencontraient la direction de l’ONU pour proposer des mesures destinées à réduire ces deux fléaux. Comme la rencontre n’a donné lieu à aucune émeute, la couverture médiatique a été minimale. Certains pensent que cette marche est futile puisque les puissants de ce monde sont les mêmes qui profitent de la pauvreté et de la violence. D’autres croient que cette marche portera fruit, tôt ou tard. D’autres insistent pour que l’on ait recours à des moyens pacifiques plus percutants. Le réalisateur d’une émission d’affaires publiques cherche des gens pour participer à un débat sur la question. On te demande un court texte pour résumer ta position.

 

Conseil d’ami

Dans les jours qui ont suivi le 11 septembre 2001, sous le choc, plusieurs ont réclamé vengeance. Pour punir les responsables de la mort de milliers d’innocents, ces gens prétendaient qu’il fallait bombarder l’Afghanistan et les innocentes victimes du régime des Talibans. Une invitée à une émission de radio affirmait : « La violence s’abreuve à deux sources : la souffrance et le sentiment d’impuissance. C’est parmi les millions de gens qui souffrent sans parvenir à se faire entendre que les organisations terroristes recrutent des milliers de membres prêts à donner leur vie. »

On te donne l’occasion de conseiller le Président des Etats-Unis. Que lui recommandes-tu?    

 

 

Situations soumises en 2002-2003

 

Bousculade  (conseils aux témoins et aux victimes potentielles)

Dès que la cloche annonce la fin d’un cours, Éric se rue hors de la classe et se précipite dans le corridor. Il adore se frayer un chemin en bousculant les gens sur son passage. Pour lui, la fin du cours est le départ d’un derby de démolition. Arrivé à l’escalier, il déambule les marches en frappant ceux et celles qui ont eu la chance, -- ou le malheur,--  d’arriver avant lui. Enfin, il atterrit dans la section des casiers où il peut pousser les élèves qui ne l’ont pas vu venir. Comme ces élèves font face à leur casier pour y prendre leurs effets ou les déposer, ils ne s’y attendent pas. Éric s’en donne à cœur joie, surtout avec les plus petits. Sa spécialité, frapper dans le dos. Comme il a reçu plusieurs avertissements, maintenant, il ne bouscule plus ses victimes lui-même, il préfére frapper une personne qui ira provoquer la blessure de quelqu’un d’autre. Éric se pense bon, brave et intelligent d’agir ainsi. Son père lui a souvent répété que dans la vie, il faut savoir faire son chemin. Ses admirateurs raffolent de son ….imbécilité. Ils sont toujours prêts à témoigner que les coups n’ont pas été planifiés, que c’est un accident, que c’était juste pour rire. Après avoir été témoin de plusieurs scènes où Éric joue les innocents, tu décides que ce comportement ne peut plus durer. Que fais-tu ?

 

Briser la loi du silence  (conseils à la victime et aux témoins)

Lucie est nouvelle à l’école. À son arrivée, trois filles de la gang viennent la rencontrer pour lui dire qu’elle a une sale gueule, qu’elle a des boutons et un gros derrière, et qu’elle est pas la bienvenue. Dans la semaine qui suit, des filles se mettent à colporter des ragots attribuant à Lucie des insultes contre diverses filles et garçons de l’école. Malgré que ces informations soient fausses, le dommage reste puisque les personnes accusées, pour se venger, s’en prennent à Lucie. Elle reçoit des menaces. Puis, elle devient victime de tours dégueulasses. On vole son sac, on jette ses vêtements par terre ou à la poubelle dans le vestiaire d’éducation physique, on enduit le cadenas de son casier de colle, on crache dans ses cheveux lorsqu’elle descend l’escalier. Lucie en parle à sa mère qui lui recommande d’aller rencontrer le directeur. À bout, après un mois de harcèlement, de mensonges, de sales coups, de nuits blanches, Lucie se rend chez le directeur. À sa sortie, elle se rend au local des casiers où une foule de 200 élèves l’attendent. Quatre filles veulent la punir pour avoir « stoolé ». La bagarre éclate à 4 contre une, Lucie tombe, on la frappe à coups de pied, même après avoir perdu conscience. Deux cent témoins assistent au spectacle. C’est le concierge alerté par l’attroupement qui se fraye un chemin et sauve Lucie. Les agresseurs le frappent lui aussi. Lucie est transportée inconsciente à l’hôpital où elle devra réparer ses côtes brisées, ses dents cassées, et ses multiples bleus. Si une chose semblable venait à se produire dans ton école, que ferais-tu? Lucie devrait-elle revenir à l’école? Comment vois-tu la suite de cette histoire?   

 

Courage ou lâcheté  (conseils aux témoins)

À l’aréna, samedi dernier, un fils vient retrouver son père à la cantine après son match. Ce dernier, visiblement éméché, commence à l’engueuler pour son manque de performance lors du match. Puis, il monte le ton en constatant que le pantalon de son fils est endommagé. Les insultes sont de plus en plus grossières au fur et à mesure que le ton monte. Le jeune garçon, honteux de se faire engueuler devant tout le monde,  garde le silence. Le père ne démord pas et, après avoir crié, il se met à cracher sur son fils qu’il affuble de tous les maux. Après 20 bonnes minutes, parmi la vingtaine de témoins sidérés, un jeune homme de 16 ans demande au père de cesser. Celui-ci ne l’accepte pas et s’en prend à l’intervenant. Ce dernier ne fait pas le poids face au père, homme assez costaud. La serveuse appelle la police. Le jeune, pour gagner du temps, tente de parer les coups, mais en vain. Les autres témoins ne bougent pas. Après une attente qui semble interminable, deux policiers arrivent et le père les invite à arrêter ce jeune qui l’aurait prétendument assailli. Les policiers invitent le père à les suivre jusqu’à l’auto-patrouille où l’homme prend place, puis reviennent à l’intérieur pour connaître les faits. Plus de la moitié des témoins quittent la place. D’autres prétendent n’avoir rien vu ou n’avoir pas assez vu pour témoigner. Enfin, seules quelques personnes confient leurs coordonnées. Les policiers quittent en déplorant le peu de collaboration. Après leur départ, des gens justifient leur silence en expliquant que jamais ils ne coopéreront avec les « cochons ». Qu’aurais-tu fait? Comment expliques-tu cette lâcheté?     

 

Vandalisme et gaspillage (conseils aux témoins et aux agresseurs)

Chaque année, Robert doit prévoir une somme importante pour réparer les dommages causés à son école par des vandales. Lavabos arrachés, portes de toilettes graffignées, bols de toilette engorgés, essuie-main arrachés, rideaux de douche arrachés, tuiles défoncées, sièges d’autobus percés, bureaux marqués au compas, fenêtres cassés, volumes déchirés, casiers endommagés, murs couverts de graffitis, rideaux de fenêtre déchirés, etc. La liste est longue et Robert voudrait bien investir le coût des réparations dans des activités qui pourraient rendre l’école plus vivante et la vie scolaire plus intéressante mais il n’a pas le choix. L’école deviendrait un dépotoir s’il ne réparait pas les dégâts au fur et à mesure. Lors des élections au conseil étudiant, une nouvelle équipe veut convaincre Robert de récupérer le coût du vandalisme dans le budget de vie étudiante. Quelles mesures suggères-tu au conseil pour convaincre les vandales de cesser le gaspillage et Robert de leur confier les économies ?      

 

Rupture amoureuse (conseils à l’agresseur potentiel)

Frédéric arrive à l’école ce matin avec une mauvaise nouvelle. Sa petite amie de cœur lui a annoncé qu’elle voulait rompre sa relation avec lui. Il accepte mal la décision de Julie. À le récré, les amis de Fred lui recommandent de punir Julie. L’un d’eux suggère de faire circuler des rumeurs à son sujet pour salir sa réputation. Un autre croit qu’il devrait l’engueuler en public. Un autre va même jusqu’à proposer de la frapper. Tu écoutes silencieusement tous ces conseils. Après que tous se soient éloignés, tu prends Fred à part et tu lui donnes les conseils d’un véritable ami. Que lui dis-tu?  

 

Coupable  (conseils au témoin)

Françoise, une élève de 6ième année, s’est suicidée. Avant de mourir, elle a rédigé une lettre où elle explique son secret. Des filles de son école l’ont harcelée jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus. Elle n’avait jamais pu en parler à qui que ce soit. Ni amies, ni parents, personne pour l’écouter, la consoler et la conseiller. La police a découvert ce qui s’était passé et a arrêté les filles qui ont harcelée Françoise. Après avoir entendu tous les témoins puis, le juge a déclaré la chef du groupe de harceleuses coupable de meurtre. Quant aux trois autres filles de la gang qui étaient au courant des mauvais traitements infligés, elles ont été déclarées coupables de n’avoir pas porté assistance à la victime.  Dans son école, ton cousin connaît un élève que tout le monde rejette et dont personne ne prend la défense. Quels conseils donnes-tu à ton cousin?      

 

Passe interdite  (conseils au complice potentiel de l’agression)

Un des sports pratiqués lors des cours d’éducation physique est le volley. Les équipes formées par le professeur sont mixtes. Après une quinzaine de minutes de jeu avec ta nouvelle équipe, deux gars viennent te voir en aparté et te demandent  de ne plus faire de passe à Suzanne, une fille de votre équipe, qui selon eux, rate tous ses coups. Si tu continue de lui passer le ballon, ces 2 gars t’expliquent qu’ils cesseront de te passer le ballon. Que feras-tu?   

 

Mots blessants (conseils aux victimes de la violence verbale)

Quand on parle de violence, plusieurs personnes imaginent les mitraillettes qui crachent le feu, les grenades qui explosent, les couteaux qui tranchent la gorge. Alors, lorsqu’ils regardent autour d’eux, . ils ne voient pas de quoi s’inquiéter. Pourtant, lors d’une enquête menée à travers le Québec, on découvre que plusieurs jeunes souffrent de la violence verbale de leurs pairs. Ces mots, le plus souvent sous le couvert de l’humour, diminuent l’estime de soi des jeunes qui finissent par croire que personne ne les aime, et deviennent parfois convaincus qu’ils ne méritent pas d’être aimés. Charles, un garçon de ton école, goûte a cette ration quotidienne de qualificatifs dégradants. Tout ce qu’il entend c’est « poche, nul, nouille ». Si un tel traitement t’était infligé, que ferais-tu? Quels conseils donnes-tu à Charles?   

 

Diminuer pour se grandir

Antoine s’amuse constamment à diminuer les autres. C’est son sport préféré. Dès que quelqu’un ouvre la bouche, dès qu’il voit quelqu’un monter dans l’autobus scolaire, c’est certainement un idiot. Pour lui, le langage est un gant de boxe et les autres élèves sont des sacs de sable. Lorsqu’on lui dit que son langage blesse, il n’entend rien, il en ajoute, il monte le ton, il croit que son prestige dépend de son pouvoir d’insulter ou de dégrader les autres. Personne n’est assez bon pour mériter un compliment. Ses héros sont les vedettes de la WWF, les bagarreurs au hockey et les jeux vidéo de massacre qui, prétend-il, n’ont aucune influence sur lui. Voilà des gens cool. Un jour que tu dois faire une présentation verbale devant la classe, tu choisis d’intituler ton texte « Le démolisseur ». Sans jamais le nommer, tu décris le comportement d’Antoine et la joie qu’il éprouve à diminuer les autres. Présente-nous ton texte et décris la réaction de la classe.     

 

Forme prioritaire (tes suggestions)             

On organise un grand remue-ménage dans ton école. On constate que, chaque année, la violence fait perdre à plusieurs victimes le goût de venir à l’école et, parfois même, le goût de vivre. Les agresseurs sont eux aussi, souvent, victimes de certaines formes de violence à la maison, dans le sport, dans la gang, etc. Le personnel de ton école veut éliminer les formes de violence qui font le plus de dommages et on te demande ton avis. Trois questions te sont posées. 1) La violence est-elle vraiment un problème important dans ton école ? La violence, verbale ou physique, peut prendre plusieurs formes : harcèlement, insultes, vandalisme, bagarres, intimidation, rejet, etc. 2) Selon toi, à quelle forme de violence faut-il s’attaquer de toute urgence ? Où se produit-elle surtout ? 3) Quels moyens suggères-tu pour enrayer cette forme de violence? Tes suggestions peuvent s’adresser à l’un ou plusieurs des 4 groupes suivants : aux victimes, aux agresseurs, aux témoins et au personnel de l’école.

 

Incitation à la violence (conseils aux témoins-consommateurs)

Lors d’un débat télévisé sur la violence dans le monde, certains invités dénoncent la violence dans les pays en guerre, la quantité énorme d’argent engloutie dans le commerce des armes, la violence terroriste et, plus près de nous, la violence des bandes de motard criminalisés qui se disputent le trafic des drogues. Puis, une autre invité dénonce la violence offerte aux enfants et aux ados sous forme de produit de consommation ou utilisée à la télé comme ingrédient de marketing. Cette violence entre dans le cerveau des tout-petits sous forme de jeu inoffensif de telle sorte qu’en vieillissant, en devenant ados puis adultes, ils en viennent à la juger normale, naturelle, légitime, acceptable. Eminem, Marilyn Manson, Doom, Mortal Kombat, South Park, voilà autant de produits de consommation offerts aux jeunes au même titre que l’eau et la nourriture. Que penses-tu de ces divertissements que les parents utilisent pour garder leurs enfants tranquilles?   

 

 

Autres Situations 2002

 

Dizaine idéale (oui)

Dans une école de San José, en Californie, les élèves ont décidé, avec l’aide de leurs parents, de passer 10 jours sans télévision. Ni émission, ni vidéo, ni jeu électronique. Dix jours à écran fermé. Résultat? La violence a diminué. Les parents et les élèves sont enchantés. Crois-tu que tu pourrais relever un tel défi? Par quoi remplacerais-tu la télé?

 

Célébration extrême (oui)

À la « Une » des journaux, on nous apprend que des milliers de personnes ont célébré un championnat sportif ou une fête nationale en fracassant des vitrines, en renversant des autos ou en pillant des magasins.  Lors de ces événements, les jeunes, majoritairement des hommes, sont rapidement pointés du doigt.  Certains experts  prétendent que les parents élèvent mal leurs enfants.  D’autres soutiennent que certains jeunes, se sentant repoussés et exclus,  tentent de prendre leur place et utilisent ce « vocabulaire » pour attirer l’attention.  D’autres accusent l’alcool et la drogue. D’autres croient que les jeunes ne font que réagir à la provocation policière. D’autres enfin prétendent que la télé, les jeux pour enfants et le sport ont tellement présenté  la violence comme un objet légitime de divertissement que plusieurs jeunes se font une fête de participer à des émeutes. Qu’en dis-tu ? Un magazine te propose d’écrire un article sur le phénomène.

 

Conseils à Émile

Émile et Julie se fréquentent depuis 2 mois.  Or, hier, des copains d’Émile lui ont dit que sa petite amie avait fait de l’œil à un autre garçon. Plusieurs copains d’Émile l’entourent et l’encouragent réagir.  Ils prétendent que Julie le tourne en ridicule en agissant de la sorte. Quelqu’un dit : « Tu devrais battre ce rival qui veut te voler Julie ».  Un autre dit : « Julie mérite une punition ».  Enfin, un autre ajoute : « Émile, tu devrais insulter et humilier Julie en public pour t’avoir trompé ».  Tu es le meilleur ami d’Émile. Que lui conseilles-tu?  Julie est-elle sa propriété ? La jalousie est-ce vraiment de l’amour?

 

Justice ou vengeance (oui)

Suite à la mort de milliers d’innocentes victimes, le 11 septembre dernier à New-York, plusieurs personnes ont souhaité que l’armée des Etats-Unis retrouve les auteurs, morts ou vifs. D’autres ont réclamé que les coupables soient arrêtés, jugés et punis par un tribunal international. L’élève le plus fort de ton école peut-il se faire justice lui-même? 

 

Abuseurs d’enfants

Depuis 1989, la majorité des pays du monde ont signé la « Déclaration des Droits de l’enfant ». L’article 17 de la « Convention des Droits de l’enfant » oblige les gouvernements du monde « à protéger les enfants contre les émissions ou films qui nuisent à leur bien-être ». Pourquoi certaines émissions présentent-elles aux enfants des héros qui nuisent à leur santé, à leur éducation, à leur bien-être ?  Pourquoi les héros mâles sont-ils des brutes musclées et sans cœur. Pourquoi les héroïnes sont-elles des objets décoratifs, des victimes ou des trophées?  Le Gouvernement canadien te demande de préparer une liste des 3 ou 4 émissions qui nuisent au bien-être des enfants. Prépare ta liste avec les raisons qui motivent tes choix.

 

Turbulence créative

Lors du Sommet des Amériques, tenu à Québec en avril 2001, 34 chefs de gouvernement, leurs conseillers et un nombre inconnu d’hommes d’affaire sont venus discuter de l’avenir de notre continent avec des documents secrets, derrière des portes closes. Tous démocratiques. Pour les protéger, 6 500 policiers,  4,5 kilomètres de clôture,  2000 bombes lacrymogènes et 1000 balles de plastiques. Pour exprimer leur désaccord  avec cette façon de discuter de notre avenir, 60 000 personnes ont participé au « Sommet des peuples des Amériques », pacifique et public, celui-là. Certaines  personnes se sont présenté au Mur de la honte pour exprimer leur frustration d’une façon pas toujours élégante. Les médias, interdits d’accès aux discussions du Sommet, ont abondamment rapporté les affrontements. Tu écris un message aux gens qui se préparent pour une prochaine manifestation. Suggère leur des moyens visuels, originaux et créatifs pour exprimer leur opposition de façon compréhensible pour leurs concitoyens.        

 

Loi contournée

Le Québec est le seul territoire d’Amérique où l’on interdit la publicité destinée aux enfants, et ce, depuis 25 ans. Canal-Famille ne pouvait donc pas diffuser de messages publicitaires puisque la chaîne a pignon sur rue au Québec. En 1999, une chaîne rivale, Télétoon, choisit de s’établir en Alberta, obtenant ainsi la possibilité légale de vendre du temps d’antenne à des commanditaires qui veulent rejoindre les jeunes francophones canadiens,  majoritairement québecois. Réunis pour un débat sur la question, des experts se prononcent. Un premier juge le procédé de Télétoon immoral? Un deuxième invite le Gouvernement du Québec à retirer sa loi parce qu’elle fait fuir des entreprises créatrices d’emploi? Un troisième invite les parents à boycotter Télétoon? Un quatrième suggère au Gouvernement fédéral d’interdire la publicité aux enfants de tout le Canada? Tu es la 5ième personne à prendre la parole. Qu’en penses-tu?

 

Voix des jeunes aux Gémeaux

Chaque année, depuis plusieurs années, des dizaines de milliers de jeunes peuvent voter pour les émissions les plus toxiques et les plus positives. Une production toxique fait la promotion du sexisme, du racisme et de la violence. Une production pacifique (ou positive) sert à enrichir et élever les téléspectateurs. Tu écris à Madame Bournival, présidente de la soirée, pour lui demander que les résultats du « Vote des jeunes » soient divulgués lors de la soirée des Gémeaux. Que lui dis-tu pour la convaincre?

 

Masque trompeur

On entend parfois dire : « Mais voyons, les garçons, ça ne pleure pas ! ». En devenant ado, on voit des jeunes faire des efforts pour se donner un style rude et agressif.  Pourquoi, au lieu de cela, ne développent-ils pas la douceur et la tendresse ?

Selon toi, de quoi ont-ils peur ?  L’apparence violente dans les paroles et les gestes que se donnent certains adolescents ne serait-elle qu’un masque pour cacher leur peur? Leur peur d’être jugé faible par leur entourage ?  Ton ancienne école t’invite à venir donner des conseils aux élèves de 6ième année qui se préparent à passer au secondaire.

 

Protection illusoire

Chez nos voisins, les Etats-Unis, on glorifie le fait de posséder une arme à feu.  C’est aussi le pays qui connaît chaque année le plus grand nombre de meurtres avec arme de poing.  Or ces armes ne servent pas d’abord à tuer des bandits, loin de là.  Les victimes sont le plus souvent soi-même (suicide) ou un membre de la famille.  Les propriétaires d’armes à feu mettent en danger la vie de leurs êtres chers.

Heureusement, le contrôle des armes est plus sérieux au Canada que chez nos voisins du Sud. La circulation, l’entreposage et la vente de ces armes est plus resserré.  Tu écris un mot au journal pour mettre tes concitoyens en garde contre l’illusion de sécurité que les armes peuvent nous donner.

 

Hébergement nécessaire

Chaque année, au Québec, plus de 8 000 femmes et enfants doivent s’enfuir de leur propre domicile parce qu’un conjoint ou un père les fait souffrir et les menace. Or, les gouvernements québécois et canadien refusent de fournir des refuges.

Tu écris un message aux premiers ministres Landry et Chrétien pour leur demander de fournir des maisons où ces personnes pourront trouver refuge, en cas de danger !

Suggère-leur des moyens ingénieux de payer pour ces refuges : comme par exemple, une taxe de 1 $ supplémentaire sur le prix de location des films vidéo violents.

 

Racisme rentable

Lors de la conférence mondiale sur le racisme qui se tenait récemment à Durban, en Afrique du Sud, certains ont soulevé la question des dommages causés par le commerce des esclaves. On parle de 50 millions de personnes capturées, transportées et vendues comme ouvrier, surtout vers l’Amérique. Les personnes qui ont soulevé le débat ont parlé des dommages causés aux personnes déportées, aux peuples d’Afrique privés de leur force de travail et aux descendants d’esclaves, dont certains subissent encore les séquelles psychologiques, sans parler la discrimination subtile qu’ils subissent encore. L’Europe, à travers ses commerçants d’esclaves, a tiré profit de ce crime contre l’humanité. L’Amérique, à travers les cultivateurs de coton, a tiré profit de cette main d’œuvre. On t’invite à prononcer une conférence sur la question.

 

Célébrer en détruisant

Il arrive parfois que la première page des journaux nous informe que des milliers de personnes ont célébré un championnat sportif ou une fête quelconque en fracassant des vitrines, en renversant des autos ou en pillant des magasins.  Lors de ces événements, les jeunes sont rapidement pointés du doigt.  Certains « experts » disent que les parents n’élèvent plus leurs enfants.  D’autres disent que certains jeunes, repoussés et exclus, prennent leur place de cette triste façon pour attirer l’attention.  D’autres encore accusent l’alcool et la drogue. D’autres enfin prétendent que la télé, les jeux pour enfants et les divertissements consommés par les ados présentent la violence comme un objet de plaisir, un loisir, comme une distraction, une « joke ».  Qu’en dis-tu ? On te propose d’écrire un article dans un magazine.